Complexe Social Oum Keltoum


Le complexe social Oum Keltoum

 

 

Complexe Social Oum Keltoum
Site internet du complexe social oum keltoum disponible en cliquant sur le lien suivant: http://cok-sidimoumen.org/

Sa raison d’être

Avec plus de 350.000 habitants, Sidi Moumen est une poche de misère en périphérie du Grand Casablanca. Excentré, ce quartier a été délaissé pendant de longues années. Les attentats du 16 mai 2003 ont encore un peu plus marginalisé ses habitants, désormais vu comme des parias.

Dans le respect du dernier vœu de feue Mme Berrada de consacrer son héritage à une œuvre associative, le Centre Oum Keltoum y voit le jour en 2007.

Ses objectifs :

« Offrir à la population le moyen d’être digne et autonome » et « contribuer à construire le Maroc de demain » : tels sont les mots d’ordre qui guident l’action du complexe Oum Keltoum.

Concrètement, le Centre s’efforce de donner aux habitants les outils nécessaires pour se construire un avenir à travers des formations et des cours de mise à niveau.

Il est aussi un lieu d’accueil pour ceux qui n’en ont pas : bébés, enfants en situation précaire, jeunes à la recherche de formation et d’emploi… à qui il donne les moyens de devenir indépendants.

Le Complexe offre également un suivi médical des mères et de leurs enfants grâce à la mise en place d’un dispensaire.

Au fil du temps, le complexe, entièrement financé par la famille Berrada, est devenu une référence et un repère à Sidi Moumen.

 

Les jeunes : cible prioritaire

A l’heure où le Maroc tente de s’élever au rang des pays les plus développés, les projets novateurs sont encouragés, les relations et les échanges avec le monde extérieur se multiplient, le niveau s’élève et les mentalités évoluent.

Les disparités sociales, quant à elles, perdurent. Il est donc primordial de tout mettre en œuvre pour rétrécir ce fossé.

A Sidi Moumen, le fléau de l’exclusion touche toute la population. La priorité doit être donnée à la jeunesse pour en faire, demain, des hommes dignes et des citoyens marocains fiers de leurs racines.

Les difficultés rencontrées par les jeunes pour accéder à une formation qualifiante et la pauvreté du marché de l’emploi sur place couplés à l’enclavement de leur quartier ; la quasi-absence de structures culturelles et de loisirs qui leur permettent de s’épanouir… Ces facteurs ont provoqué un sentiment de marginalisation et de découragement au sein de cette jeunesse. D’où des dérives vers la délinquance ou l’islamisme radical.

Le Centre Oum Keltoum s’est donné pour mission de redonner à ces jeunes confiance en l’avenir. Ils forment une grande partie de 1.400 bénéficiaires qui fréquentent quotidiennement le Complexe.

Le personnel encadrant de grande qualité les aide, de manière individuelle, à reconstruire leur personnalité avec pour mots d’ordre : « aimer » et « écouter ».

Au sein du complexe, ces jeunes côtoient d’autres bénéficiaires plus jeunes ou plus âgés. Des liens se créent, favorisant l’échange d’expériences de vie et le soutien mutuel.